Javascript, l'évolution

The State Of JavaScript 2018 : l'enquête révèle que JavaScript est en pleine évolution,
Voici une vue macro des technologies JS utilisées

Le 20 novembre 2018, par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités

js-2.gif JavaScript est un langage de programmation de scripts principalement employé dans les pages web interactives mais aussi pour les serveurs avec l'utilisation de certains frameworks JavaScript, node.js par exemple. Depuis la sortie de sa première version en 1995, il n'a cessé de gagner en popularité et en performance. Depuis 2016, trois développeurs français (Raphaël Benitte, Sacha Greif et Michael Rambeau) ont mis au point le State Of JavaScript qui est une enquête annuelle effectuée auprès des développeurs JS du monde entier afin de déterminer ce qu'ils utilisaient, ce qui leur faisait plaisir et ce qu'ils souhaitaient apprendre de plus. Le propos de cette enquête est donc de donner une vue macro des outils, frameworks et bibliothèques utilisés dans le monde année après année. Et le résultat est une collection de statistiques et d'informations qui vous aideront à vous frayer un chemin à travers l'écosystème JavaScript, selon Sacha Greif.

L'enquête de cette année recueille l'avis de près de 20 000 développeurs dans 153 pays différents à travers le monde et a été lancée en septembre dernier. Alors que les États-unis dominent l'enquête comme prévu avec 24 % des répondants, l'Allemagne et l'Australie sont toutes deux bien représentées, avec plus de 5 % des répondants chacune. L'étude s'est penchée sur les relations d'utilisation entre les différents frameworks JavaScript pour savoir par exemple le nombre d'utilisateurs de React qui utilisent également Redux, les utilisateurs de de GraphQL qui préfèrent aussi Jest ainsi de suite. La taille de chaque section du graphe ci-dessous correspond au nombre de répondants qui ont utilisé chaque bibliothèque et qui souhaiteraient l’utiliser à nouveau. Ainsi, 92 681 développeurs qui utilisent React pensent continuer à l'utiliser encore. 111 761 de ceux qui utilisent ES6 veulent toujours continuer à l'utiliser.

a

Le front-end reste le champ de bataille clé pour JavaScript. Une fois de plus l'espace frontal est tout au sujet React et Vue.js . Il y a deux ans, 27 % des répondants n’avaient même jamais entendu parler de Vue.js. Aujourd'hui, cette fraction n'est plus que de 1,3 %. Ainsi, alors que React occupe toujours une part beaucoup plus importante du marché, l’ascension fulgurante de Vue.js ne montre aucun signe d’arrêt et a même déjà dépassé son rival pour certains indicateurs tels que le nombre total d'étoiles GitHub. L'autre fait remarquable de ces dernières années est la chute de Angular. Bien qu'il reste très haut en termes d'utilisation brute, il affiche un taux de satisfaction relativement décevant de 41 %. Ainsi, même si sa base d’utilisateurs est considérable, il est difficile de voir comment il s'imposera face à ces grands rivaux. Svelte quant à lui gagne de plus en plus en popularité. En utilisant une nouvelle approche radicale des frameworks front-end, il a réussi à générer beaucoup d’intérêt auprès des utilisateurs.

Par le passé, les choses étaient simples. Vos données résidaient dans votre base de données, où le serveur pouvait les récupérer, les insérer dans un modèle et les envoyer au client. Mais les choses ne sont plus si simples. De nos jours, les applications doivent savoir comment récupérer les données elles-mêmes afin de restituer leurs propres modèles et composants. Cela a donné naissance à toute une gamme d'outils de récupération et de gestion de données. Redux est sans aucun doute le plus répandu de ces outils et son taux de satisfaction de 82 % témoigne de sa notoriété. Mais tout l’espace pourrait bientôt être bouleversé par l’onde de choc GraphQL. Les utilisateurs de GraphQL sont passés de 5 % à 20 % en deux ans et leur client de choix semble être Apollo. Ajoutez à cela le fait que la dernière version d'Apollo rend l'utilisation de Redux facultative, et il ne serait pas étonnant que les résultats de l'année prochaine commencent à être très différents.

a

JavaScript sur le back-end n'a pas connu de percée majeure ces dernières années. Alors que d'innombrables frameworks émergent chaque année, très peu parviennent à gagner suffisamment d'élan pour défier Express. Même Koa, parfois considéré comme le successeur d'Express, a un taux de satisfaction inférieur (et un nombre d'utilisations considérablement inférieur). Next.js est un entrant intéressant dans le domaine qui a suscité beaucoup d’intérêt ces derniers temps. Bien que cela ne soit pas tout à fait comparable à un back-end de nœud complet, son objectif qui consiste à résoudre le problème de rendu côté serveur pour les applications React en a fait un outil très utile. Il est également intéressant de voir quel rôle joueront les technologies sans serveur telles que AWS Lambda au cours des deux prochaines années.

a

Côté mobile et desktop, JavaScript a étendu sa portée bien au-delà des limites du navigateur. React Native et Electron sont les deux principales solutions pour créer des applications mobiles et de bureau utilisant les technologies Web. Ils affichent donc des chiffres similaires en termes de taux de satisfaction et de nombre d'utilisateurs. La polyvalence d’Electron (elle peut fonctionner avec n’importe quel framework d’interface utilisateur, même si elle est souvent associée à React ou Vue.js) peut expliquer le taux de satisfaction le plus élevé de la catégorie. Mais les choses sont loin d’être réglées. Airbnb a récemment publié une série complète d’articles expliquant pourquoi ils ont décidé d’abandonner React Native au profit de Native Apps.

a

Au lieu de React Native, les développeurs souhaitant écrire des applications multi-platesformes en JavaScript sans utiliser de modèles React peuvent également consulter Weex, qui leur permet d'utiliser l'écosystème Vue.js. Et Google a également de nombreux participants intéressants dans le domaine. Il y a Carlo (un tout nouveau framework d'application Headful Node) publié par Google et construit sur Puppeteer ; ainsi que Flutter : au lieu de créer un "pont" JavaScript comme le fait React Native, il compile en véritable code natif. Mais le code étant écrit en Dart, React Native restera donc toujours pertinent pour la plupart des développeurs JavaScript déjà familiarisés avec le système React.

« Alors que tout est actuellement calme sur le front-end, la question de savoir comment obtenir les données de la base de données au client est loin d'être résolue, et GraphQL commencera sûrement à faire de plus en plus de vagues dans ce domaine. À mesure que des solutions sur mesure GraphQL émergent à la fois pour la couche back-end et pour la couche de gestion d'état, nous pourrions bientôt sentir le sol JavaScript bouger sous nos pieds une fois de plus. Mais pour l'instant, pas de panique. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour devenir développeur JavaScript que maintenant, et nous sommes prêts à parier que 2019 le rendra encore plus clair », ont déclaré Sacha, Raphaël et Michael pour conclure.

Source : The State Of JavaScript 2018

Les commentaires

Leave a Reply